Qu’apprend-on en spécialité énergies et environnement (EE) ?

Comment optimiser l’éclairage d’une salle ?

Comment améliorer un bâtiment pour qu’il soit le moins énergivore possible ?

Les élèves sont confrontés à toutes sortes de problématiques, sur les énergies classiques ou renouvelables. "On étudie par exemple les puits canadiens, en effectuant des recherches sur leur fonctionnement et en simulant les économies d’énergie, explique Gilles.

On apprend les divers modes d’énergie, comme les panneaux solaires, les éoliennes… J’apprécie ces cours car on se penche beaucoup sur l’environnement, la planète et ses ressources."

Quelles sont les difficultés rencontrées ?

Dans certaines disciplines nouvelles, tout est à apprendre. Jusqu’alors inconnus, les enseignements technologiques transversaux (ETT) figurent désormais parmi les matières principales. Les thèmes abordés sont très variés : les rayons du soleil, la couche d’ozone, les capteurs, comment fonctionne un portail qui s’ouvre tout seul… Sur les 7 heures d’ETT par semaine, 1 heure de cours et 6 heures d’études de cas. Pour le reste, l’adaptation est assez facile.